Lavoûte-Chilhac, Dimanche 22 Mai 2022, °C , Ensoleillé

INSCRIPTION DE SON SITE CLUNISIEN AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO – LAVOUTE-CHILHAC S’ENGAGE OFFICIELLEMENT

26/01/2022
INSCRIPTION DE SON SITE CLUNISIEN AU PATRIMOINE MONDIAL DE 	L’UNESCO – LAVOUTE-CHILHAC S’ENGAGE OFFICIELLEMENT

INSCRIPTION DE SON SITE CLUNISIEN AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO 

LAVOUTE-CHILHAC S’ENGAGE OFFICIELLEMENT:

  

Et si le Prieuré Sainte-Croix pouvait intégrer la prestigieuse liste du patrimoine mondial de l’Unesco ?

Les élus de la commune de Lavoûte-Chilhac ont décidé, à l’unanimité, de faire acte de candidature, auprès de la Fédération Européenne des sites clunisiens, et de rejoindre ainsi les sites clunisiens d’Europe qui se voient offrir une opportunité unique : celle d’être inscrits, avec Cluny, sur la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. Il s’agit en effet de faire, tout d’abord, reconnaître et protéger un patrimoine universel par l’univers culturel et symbolique qu’il porte, qui a participé à dessiner le visage de l’Europe médiévale et moderne.

C’est avec satisfaction que Jean Michel Marcet, premier adjoint, chargé des relations auprès de la Fédération Européenne, a pris connaissance de la réponse apportée par les responsables de Cluny qui ont officiellement pris en compte ….  « l’entrée en candidature de votre site, un engagement dont nous nous réjouissons »... A ce jour Le Prieuré Sainte-Croix a rejoint (avec Blesle et Bournoncle-Saint-Pierre) la cinquantaine de sites qui, en France et dans six autres pays d’Europe, ont engagé le travail avec la Fédération, preuve d’un engouement qui ne cesse de s’amplifier. Autant de collectivités publiques ou privées, et de municipalités qui ont officiellement manifesté leur volonté d’être intégrées sur la liste du Patrimoine mondial, affirmant ainsi leur attachement à leur patrimoine et leur fierté d’être partie prenante d’une grand projet européen.

Les atouts du site clunisien de Lavoûte-Chilhac ne manquent pas : sans pouvoir revendiquer son appartenance aux cinq principaux monastères appelés « filles de Cluny » (comme Souvigny ou Sauxillanges en Auvergne) il peut néanmoins faire valoir avantageusement que son acte fondateur est l’oeuvre d’un enfant du pays : Odilon de Mercoeur, dont beaucoup affirment sa naissance vers 962 au château de Mercoeur, près de Saint-Cirgues. C’est donc Odilon, cinquième abbé de Cluny, et appartenant à la liste restreinte des grands abbés qui ont permis à Cluny de rayonner dans tout l’Occident chrétien du XIème siècle, qui a fondé le 14 septembre 1025 le monastère de Lavoûte -Chilhac sur une terre de sa famille dite la volte (butte enserrée dans une boucle de la rivière Allier). Le Prieuré Sainte Croix aura une influence considérable au Moyen Age en exerçant son pouvoir sur treize prieurés et quarante églises de la vallée de l’Allier et la Margeride.

Enfin, si l’engagement des élus de la commune peut apparaître comme la réponse naturelle au souhait originel formulé par le fondateur du Prieuré Sainte-Croix : « Moi, Odilon, je désire et je veux que dans la suite des temps, ce coin de terre, mon pays natal, soit connu de mes concitoyens mais aussi des étrangers », Jean Michel Marcet estime qu’il est aussi indispensable de créer une synergie d’union et de partage entre les sites ayant fait acte de candidature en Haute Loire. Il est nécessaire, dit-il, de définir un sens commun qui obtiendra le soutien des populations locales et de leurs associations, et permettra d’aboutir à l’engagement des collectivités publiques : intercommunales, départementale et régionale. Autant de soutiens nécessaires à la réussite de ce projet ambitieux d’appartenance au patrimoine mondial de l’Unesco.